Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/123456789/1294
Title: Gestion phytosanitaire en mode P.B.I. d’une culture de tomate sous serre
Other Titles: cas de Tuta absoluta (Meyrick, 1917)
Authors: ABABSIA, Amel
Keywords: P.B.I. Tuta absoluta, Tomate, lutte biologique, Nesidiocoris tenuis, pièges à phéromones.
Issue Date: 18-Jan-2012
Abstract: Durant deux ans (2009 et 2010), des prospections ont été effectuées à travers les principales régions nationales productrices de tomate sous serre. Les résultats font état d’une infestation importante de Tuta absoluta (Lepidoptera, Gelechiidae) en 2009, notamment, dans les régions de Mostaganem (71,88%), Oran (43,50%) et Biskra (42,73%). Par contre, dés la mise en place du dispositif de lutte intégrée par l’INPV, le taux d’infestation en général baisse, particulièrement à Mostaganem (14,83%), région où la culture de tomate sous serre est précoce. Par ailleurs, l’étude du cycle biologique de T. absoluta à 26°C et 65% HR, fait ressortir la durée de chaque stade de développement et la durée totale du cycle qui est de 26,5 jours. Le test de deux moyens de lutte bio technologiques (pièges à phéromones à eau et Delta et le filet anti insecte contre T. absoluta à Douaouda et à Staoueli en 2009, a permis de proposer l’utilisation du filet anti insecte et du piège à eau avec un produit tensio actif ou le piège Delta pour le piégeage massif. Un autre moyen de lutte biologique a été testé ; il s’agit d’un insecte prédateur Nesidiocoris tenuis (Heteroptera, Miridae), importé d’Espagne. Les tests de prédation des œufs de T.absoluta par cette punaise, au laboratoire ont permis de conclure que cette espèce est vorace et consomme 100 œufs en moins de 8 heures. Après élevage et multiplication de cette punaise dans une enceinte conditionnée, des lâchers ont été pratiqués en 2011, à Khadra (Mostaganem) et à Fouka (Tipaza) sous serre de tomate, afin de lutter contre le ravageur. Les résultats font état d’une activité de lutte non négligeable de cette punaise, par son implantation, sa multiplication et la réduction et le maintien des infestations à 15% et une présence des punaises de l’ordre de prés de 5 individus par plant de tomate à Khadra 8 individus par plant à Fouka. Aucun effet phytophage n’a été relevé.
URI: http://hdl.handle.net/123456789/1294
Appears in Collections:Département Zoologie Agricole

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Ababsia 2012.pdf2,13 MBAdobe PDFView/Open


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.