Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://localhost:8080/xmlui/handle/123456789/2335
Titre: Champignons à potentiel mycoherbicide
Autre(s) titre(s): identification, efficacité et formulation
Auteur(s): ABDESSEMED, Nesma
Mots-clés: Alternaria alternata, Xanthium strumarium, Sonchus oleraceus, Convolvulus arvensis et mycoherbicide.
Date de publication: jan-2021
Résumé: Des prospections ont été faites au niveau de la station expérimentale et la ferme centrale de l’ENSA, ainsi qu’au niveau de la station expérimentale de l’ITGC de Oued Semar à Alger afin de détecter les maladies dominantes sévissant sur trois des adventices des plus redoutables en Algérie, à savoir Xanthium strumarium, Sonchus oleraceus, Convolvulus arvensis. Plusieurs symptômes de maladies ont été observés sur des feuilles attaquées des trois adventices, à savoir des taches nécrotiques, du feutrage blanc sur la face supérieure et des pustules blanches et rouges. Néanmoins, le symptôme le plus dominant est celui des taches nécrotiques, avec une incidence approximative de 70 % et une sévérité d’attaque allant de 50 à 70 %. Notre choix s’est porté sur le symptôme des taches nécrotiques en raison de sa prédominance. Au total, 15 isolats ont été obtenus et soumis à des tests de pathogénicité sur les feuilles détachées des trois adventices. Les trois isolats les plus agressifs ont été retenus (l'isolat 1 codé "X3", l’isolat 2 codé "S1" et l'isolat 3 codé "C1" isolés respectivement des feuilles de X. strumarium, S. oleraceus et C. arvensis). L’identification des trois isolats s’est basée sur les caractères morphologiques et les caractères moléculaires (ITS, rpb2 et gapdh). Les résultats obtenus ont montré que les trois isolats appartiennent tous à Alternaria alternata puisqu’ils présentent une analogie de 99 % avec la souche type CBS 916.96 de ce champignon déposée dans la banque de gènes NCBI. Il est à préciser que l’identification morphologique de l’isolat X3 répondait parfaitement à la description d’A. tenuissima que la classification actuelle rattache à A. alternata. D’après les résultats d’identification obtenus et les recherches bibliographiques y compris dans les bases de données sur les champignons infectant X. strumarium, S. oleraceus et C. arvensis, il s'agit d’un premier signalement d’A. alternata infectant naturellement X. Strumarium, S. oleraceus et C. arvensis en Algérie. L’évaluation du potentiel mycoherbicide des trois isolats a été conduite in-vitro, in-vivo et in-situ par l’utilisation de leurs suspensions de spores et de leurs formulations liquides, à base de l’huile de colza, et solides, à base d’Alginate de Sodium. La formulation liquide s’est révélée la plus efficace parmi les traitements fongiques testés (des sévérités de maladie de 98,4-99,5 %, 80-98 % et 43-63 % respectivement ont été montré sur les feuilles détachées des trois adventices et les feuilles des plantules de X. strumarium et S. oleraceus in-vivo et in situ). Son efficacité, néanmoins, ne dépassait pas celle de l’herbicide Mustang® même utilisé à 75 % de la dose recommandée. Par ailleurs, et dans l'ensemble, nous avons obtenu un contrôle partiel des deux adventices ; X. strumarium et S. oleraceus. La composition biochimique des filtrats de cultures des trois isolats d’A. alternata et des fractions de leurs extraits bruts a montré une grande hétérogénéité biochimique entre les trois isolats avec la présence remarquable de l’acide ténuazonique et Stachybotrys microspora triprenyl phenol-7 (SMTP-7). D’après les recherches bibliographiques, il s’avère que très probablement notre étude est la première à avoir trouvé que le Stachybotrys microspora triprenyl phenol-7 est produit par A. alternata. Cette hétérogénéité biochimique se traduit par la différence dans le nombre de fractions issues et par la présence de certains composés ne se trouvant que dans un filtrat de culture d’un isolat donné. L’essai sur les feuilles détachées des deux adventices ; C. arvensis et S. oleraceus avec les extraits bruts et certaines fractions issus des filtrats de cultures des deux isolats (C1 et S1) ont induit des symptômes (nécroses et chloroses) dont la sévérité pouvait aller jusqu’à la destruction totale des feuilles (100 %).
URI/URL: http://localhost:8080/xmlui/handle/123456789/2335
Collection(s) :Département Botanique

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
Abdessemed_N.397,26 kBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.